Détention, alternatives à la détention, et expulsión

RMF 44
Octobre 2013

Les demandeurs d’asile et les réfugiés sont de plus en plus fréquemment détenus et internés à travers le monde, tout comme de nombreux autres migrants. Parfois détenus indéfiniment et souvent dans des conditions effroyables, ils peuvent souffrir non seulement de la privation de leur liberté mais aussi d’autres infractions à leurs droits humains. Il existe néanmoins des solutions alternatives viables et plus humaines.

Options de lecture et de téléchargement

Ce numéro inclut 36 articles sur ‘Détention, alternatives à la détention, et expulsion’, y contient également un mini-dossier sur la crise en Syrie, ainsi que plusieurs articles généraux sur d’autres aspects de la migration forcée.

Ce numéro est publié en francais, anglais, espagnol et arabe.

Nous vous encourageons à faire circuler ou reproduire tout article dans sa totalité, mais nous vous prions de citer en référence : Revue des migrations forcées www.fmreview.org/fr/detention

Une liste de contenu élargie de ce numéro est disponible en ligne et en version imprimée sur www.fmreview.org/fr/detention/RMF44liste.pdf  A l’intérieur, vous trouverez pour chaque article : le titre, le ou les auteurs et leur affiliation, la phrase d’introduction à l’article et le lien pour en lire la version intégrale en ligne. 

Les copies imprimées de RMF et de la liste de contenu élargie sont gratuites. Si vous souhaitez reçevoir une copie imprimée pour votre organisation, ou de multiples copies pour les distribuer à vos partenaires et responsables politiques/décideurs, ou pour les utiliser lors de conférences ou d'ateliers, veuillez contacter les Rédacteurs en chef sur : fmr@qeh.ox.ac.uk. N'oubliez pas de nous donner votre adresse postale complète et d'indiquer le nombre de copies que vous désirez.

Nous souhaitons remercier Jerome Phelps, Robyn Sampson et Liza Schuster pour leur aide en tant que conseillers spéciaux sur notre thème central. Nous sommes extrêmement reconnaissants à l’Oak Foundation et l’UNHCR d’avoir financé ce numéro.