Enfants handicapés : la crise oubliée

Lorsqu’elle s’est regardée dans le miroir, Helena, neuf ans, a poussé des petits cris de bonheur en voyant son reflet, debout avec juste un tout petit peu d’aide pour se soutenir de son thérapeute. Une année auparavant, Helena – qui vit à Mugunga II le camp de PDI de Goma – avait été diagnostiquée comme étant atteinte de paralysie cérébrale. Parce qu’uniquement capable de ramper, Helena se trouvait confinée à des endroits très spécifiques à cause de la lave qui recouvre le sol dans le camp de PDI.

Alors même que le financement pour le traitement reste minimal, le nombre d’enfants handicapés et de ceux qui risquent de l’être continue d’augmenter dans l’est de la RDC suite à une recrudescence des facteurs de risque due à l’effondrement de l’infrastructure médicale, à la violence régnante et aux déplacements. Un accès minimal aux soins de santé et à l’eau potable, une nutrition médiocre pendant la grossesse entrainent des handicaps congénitaux communs chez les enfants comme le spina-bifida et les déformations des membres ainsi qu’une prédisposition des jeunes enfants à des maladies infantiles comme la méningite et la polio. Les routes d’accès aux centres de santé sont souvent bloquées pour les patients et les équipes médicales, entrainant fréquemment des complications à l’accouchement, des retards de développement des enfants et une mortalité maternelle élevée. La prévalence du viol en RDC est également liée à une augmentation probable du handicap chez les enfants dans la mesure où, bien souvent, les femmes enceintes après un viol ne recherchent pas les soins pré ou périnataux.

Les enfants handicapés sont plus vulnérables aux abus, à l’exploitation, à la négligence et à la discrimination. Ils sont confrontés à une participation sociale réduite et ont un accès moindre à l’éducation et aux autres services que les enfants qui ne sont pas handicapés. Ils luttent au quotidien contre la stigmatisation sociale et la discrimination.

« La communauté internationale ne considère peut-être pas le handicap comme une urgence qui mérite qu’on s’y consacre – mais elle deviendra une véritable urgence si rien n’est fait » affirme Loran Hollander de l’hôpital Heal Africa à Goma. 

Pour davantage d’informations, visitez IRIN
http://www.irinnews.org/Report.aspx?ReportID=86710

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo email.png

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview