Crise climatique et communautés locales

À paraître en juin 2020

Date limite de soumission des articles : 17 février 2020

(consultez nos directives importantes en dessous de l’appel à soumission d’article)

Les mesures visant à lutter contre les impacts du changement climatique répondent non seulement à un sentiment d’urgence mais aussi à une demande croissante. L’équipe de RMF a déjà publié deux numéros consacrés à ce thème, en 2008 (Les changements climatiques et les déplacements) et en 2015 (Désastres et déplacement dans un climat changeant). Nous envisageons aujourd’hui de publier deux dossiers thématiques supplémentaires sur la crise climatique et le déplacement.

Le premier de ces dossiers thématiques, intitulé « Crise climatique et communautés locales », se concentrera sur les actions locales des communautés touchées dans les domaines suivants : prévention, protection, adaptation, atténuation, résilience, préparation, intervention, gouvernance et aussi décisions, campagnes et plaidoyers. Un grand nombre de pays et de communautés affrontent les impacts du changement climatique depuis de nombreuses années, des impacts qui se ressentent à divers degrés et de diverses manières pour des raisons tant politiques qu’environnementales. Les communautés touchées ont des informations et des expériences à partager, qui peuvent à leur tour porter sur des questions plus générales relatives à la justice climatique, à l’accès, à l’autonomisation et aux droits. Ce dossier explorera comment les enseignements qu’elles ont tirés peuvent à la fois éclairer et soutenir les approches, les politiques et les actions des autres communautés touchées et de la communauté internationale.

Nous sommes à la recherche d’articles concis, pertinents, non-conformistes et axés sur la pratique qui présentent des analyses, des enseignements et des bonnes pratiques ayant une large application. En particulier, les rédactrices en chef de RMF souhaitent recevoir des soumissions (de la part des communautés touchées, des défenseurs, des praticiens, des responsables, des chercheurs et des spécialistes du climat) reflétant un large éventail d’expériences et d’opinions, et répondant à des questions telles que les suivantes :

Au sein de la communauté

  • Quelles sont les points de basculement qui déclenchent le déplacement, c’est-à-dire à quel moment précis les communautés locales (ou des membres des communautés locales) touchées par le changement climatique et menacées par le déplacement décident-elles de se déplacer ? Comment ces décisions sont-elles atteintes ?
  • Dans les situations où des communautés locales ont été déplacées en raison du changement climatique, comment réagissent-elles ? Comment est-ce qu’elles se relèvent, reconstruisent et s’adaptent ?
  • Lorsque les communautés décident de se réinstaller ou lorsque les autorités décident de réinstaller certaines populations, quels éléments ont été identifiés comme importants pour garantir le succès de la réinstallation planifiée ? Quels enseignements peut-on tirer des exemples de réinstallation planifiée (qu’ils aient réussi ou non), que ce soit en réponse à des processus à déclenchement lent sur le long terme tel que l’augmentation du niveau des mers ou la sécheresse, ou en réponse à des catastrophes à déclenchement rapide ?
  • Comment les communautés à risque et les communautés touchées agissent-elles pour prévenir et réduire les impacts du changement climatique ?
  • Comment les structures sociales et de gouvernance des communautés locales influencent-elles leurs réactions face au changement climatique et au déplacement ?
  • Comment la culture et la foi influencent-elles les réactions des communautés face aux impacts du changement climatique, y compris leurs décisions de rester sur place ou de se déplacer ? Quels enseignements peut-on en tirer ? 
  • Est-il possible de construire la résilience, ou celle-ci se renforce-t-elle de manière organique au fil du temps ? Quels éléments sont essentiels pour faciliter la résilience ? Dans quelle mesure les évaluations des risques, les mesures de préparation et de réduction des risques, et les systèmes d’alerte précoce permettaient-ils de renforcer la résilience, notamment dans les contextes où les communautés doivent affronter des événements à déclenchement rapide de plus en plus fréquents et intenses, souvent en parallèle à des processus à déclenchement lent ?

 

Interactions entre les communautés

  • Comment les communautés locales échangent-elles leurs connaissances entre elles ?
  • Comment les communautés locales réagissent-elles face à la concurrence pour des ressources naturelles réduites ? À quelles stratégies les communautés locales recourent-elles pour atténuer les tensions lors du déplacement et/ou dans les contextes de raréfaction des ressources ?
  • Que peuvent enseigner les communautés (y compris les communautés exposées au risque de déplacement, ayant connu le déplacement ou étant parvenues à éviter le déplacement) aux autres communautés qui commencent seulement à être confrontées à ces problèmes ?

 

Au-delà des communautés locales

  • Comment les communautés touchées peuvent-elles communiquer efficacement leurs expériences et leurs connaissances afin d’éclairer les agences, les bailleurs, les autorités locales et nationales, les citoyens et les autres communautés en ce qui concerne les interventions et les programmes relatifs au changement climatique ?
  • Quel est le rôle du plaidoyer communautaire (y compris pour orienter les réponses nationales et internationales face au changement climatique) et quels enseignements peut-on tirer des différentes approches et réussites ?
  • La modélisation climatique reflète-t-elle correctement la diversité des expériences et des perceptions des impacts du changement climatique par les communautés locales ? Comment peut-on mettre en commun et utiliser les connaissances produites au niveau local et les analyses scientifiques plus générales ?
  • Dans quelle mesure les communautés locales ont-elles accès à des mécanismes nationaux et internationaux afin de d’obtenir de l’assistance pour répondre aux défis qu’elles rencontrent, et comment peut-on renforcer le rôle de ces mécanismes ?

 

Intersection des vulnérabilités et des contextes

  • Comment les normes de genre et les relations de pouvoir influencent-elles l’exposition des hommes et des femmes aux conséquences du changement climatique et au déplacement lié au changement climatique, et leur capacité à réagir ? De quelles manières les actions et les programmes locaux peuvent-ils tenter de combler ces différences ?
  • Comment les questions de justice climatique, d’accès, d’autonomisation et de droit, tant à l’échelle locale que mondiale, influencent-elles les politiques et les programmes au niveau local ? Quels enseignements peut-on tirer des réponses apportées à ces questions par les communautés locales ?
  • Tant les communautés urbaines que rurales ressentent les impacts du changement climatique. Quels enseignements peut-on tirer des impacts et des réponses dans ces différents contextes ?
  • Comment les différents contextes influencent-ils la capacité des communautés à s’organiser et à déployer des plaidoyers et des campagnes ?

 

IMPORTANT :

Nous vous prions de ne pas nous proposer d’articles sur des aspects liés au changement climatique non couverts par les questions ci-dessus. Nous publierons un numéro de suivi de RMF sur le thème « Crise climatique et réponse mondiale » en 2021 ; l’appel à soumission d’articles correspondant sera publié fin 2020. Nous vous prions également d’éviter d’adopter une approche trop descriptive dans votre article : définissez le contexte mais centrez-vous sur l’analyse, les enseignements, les diverses perspectives, les recommandations, etc.

AVANT DE RÉDIGER VOTRE ARTICLE :
Si vous souhaitez contribuer, veuillez envoyer un e-mail aux rédactrices en chef sur fmr@qeh.ox.ac.uk décrivant le sujet que vous proposez en quelques phrases, afin de que nous puissions revenir vers vous et vous indiquer si nous souhaitons recevoir votre soumission. 

LORS DE LA RÉDACTION/DE LA SOUMISSION DE VOTRE ARTICLE :
Veuillez prendre connaissance de nos directives à l’attention des auteurs et vérifier, avant de soumettre votre article, que celui-ci répond aux exigences de notre liste de contrôle ; de plus amples informations sont disponibles sur
www.fmreview.org/fr/ecrire-pour-rmfTout article non conforme à notre liste de contrôle sera rejeté.

Nous demandons à tous les auteurs de considérer la pertinence des réponses qu’ils apportent en relation aux personnes en situation de handicap, aux personnes LGBTIQ+, aux personnes âgées et aux autres groupes en situation de vulnérabilités spécifiques, et de penser à introduire dans leurs articles une perspective de genre. Il va sans dire que nous souhaitons tout particulièrement rendre compte de l’expérience et du savoir des communautés et des individus touchés directement par les problèmes soulevés.

Alors même que nous cherchons à nous faire l’écho d’exemples de pratiques et d’expériences positives reproductibles ailleurs, nous invitons également nos contributeurs à se pencher sur d’éventuels échecs ou difficultés, pour tenter d’expliquer ce qui ne fonctionne pas ou n’a pas fonctionné aussi bien qu’escompté, et pourquoi.

Longueur maximale : 2 500 mots.

Veuillez noter que l’espace est toujours très précieux dans RMF, si bien que les articles publiés sont généralement plus courts que cette longueur maximale. Si votre article est accepté, il est possible qu’il soit condensé avant d’être publié, mais nous vous consulterons au préalable afin de confirmer toute modification.

Date limite de soumission des articles : lundi 17 février 2020

REMARQUE : ce dossier thématique sera plus court qu’à l’habitude puisqu’il sera accompagné d’un second dossier thématique intitulé « Traite et trafic ».

facebook logo Twitter logo RSS logo email.png

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview