Crises

RMF 45

De nombreuses personnes qui se retrouvent déplacées ou «bloquées» dans divers contextes de crise humanitaire ne correspondent pas toujours très bien aux cadres juridiques, politiques et opérationnels existants relatifs à la protection des réfugiés et des personnes déplacées de l’intérieur. Cette situation nous pousse à nous demander s’il pourrait ou s’il devrait y avoir des moyens plus normatifs d’aborder question de la protection et de l’assistance des personnes touchées par les crises environnementales, la violence des gangs, les catastrophes nucléaires, les crises alimentaires, etc. Ce numéro inclut 33 articles sur ‘Crises’, ainsi que huit articles généraux sur d’autres aspects de la migration forcée.

Table des matières
Susan Martin, Sanjula Weerasinghe et Abbie Taylor

Les déplacements précipités par les crises humanitaires ont des répercussions sur des domaines tels que le contrôle de l’immigration et les intérêts nationaux, les droits humains, les principes humanitaires et de développement et les cadres internationaux de protection, de coopération et de partage des obligations.

Peter D Sutherland

Lorsqu’il s’agit de protéger le bien-être et les droits des migrants, les pratiques intelligentes abondent. Beaucoup pourraient et devraient d’ailleurs devenir des normes internationales.

Jane McAdam

La migration pour cause de crises doit être comprise par rapport aux «points de basculement»  qui la causent et qui ne sont pas uniquement déclenchés par des événements mais aussi par des processus structurels sous-jacents. L’existence d’une théorie adéquate sur laquelle adosser le concept de «migration pour cause de crises»  est important pour permettre aux décideurs politiques d’apporter des réponses appropriées, opportunes et réfléchies.

Roberta Cohen

Les Principes directeurs relatifs au déplacement de personnes à l’intérieur de leur propre pays ont permis de combler d’importantes carences dans le système de protection internationale des personnes déplacées. Il reste à explorer si leur élaboration peut apporter des enseignements aux personnes cherchant à définir de nouvelles normes dans le domaine de la migration.

Patricia Weiss Fagen

Il est tout à fait probable que ces mêmes circonstances que la plupart des migrants ont cherché à fuir – menaces à leur vie ou à leur santé, à leur sécurité physique ou à leurs moyens de subsistance – se reproduisent d’une certaine manière et en partie, du fait même de leur présence dans les lieux de destination en milieu urbain qu’ils ont rejoint.

Sahana Bose

En raison de la future hausse du niveau des mers, il faut s’attendre à ce que plusieurs millions de Bangladais aillent se réfugier en Inde, ce qui exacerbera encore davantage les différends qui perdurent entre ces deux pays. Ainsi, au cours des décennies à venir, la sécurité humaine sera le sujet prédominant des relations entre l’Inde et le Bangladesh.

Anthony Oliver-Smith and Alex de Sherbinin

Les défaillances au cours de la planification, de la préparation et de la mise en œuvre des projets de réinstallation involontaire aboutissent à un plus grand nombre d’échecs que de succès. On peut même se demander si la réinstallation, telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée, peut être catégorisée comme une forme de protection.

Rezwan Siddiqui

L’érosion des berges, ainsi que la formation de nouvelles îles qui en découle dans le Golfe de Bengale, viennent régulièrement modifier la forme et la taille du delta, ce qui pousse les habitants à migrer fréquemment.

Robin Bronen

Réinstallation – un processus à travers lequel les moyens d’existence, le logement et l’infrastructure sont reconstruits dans un lieu différent – peut-être la meilleure réponse en termes d’adaptation pour des communautés dont le lieu de vie devient inhabitable ou se trouve exposé à des menaces futures induites par le climat.

Janis Ridsdel

Les adolescents qui migrent sous l’effet d’une crise alimentaire sont confrontés à des risques particuliers. Nous devons donc élaborer des stratégies distinctes pour prévenir ce phénomène ou y répondre.

Sebastián Albuja

La violence criminelle endémique pousse, de différentes manières, les personnes à se déplacer, qu’il s’agisse d’une contrainte directe et de menaces physiques à l’érosion de la qualité de vie et des possibilités de subvenir à leurs besoins. Tous ceux qui sont forcés de se déplacer n’ont pas nécessairement un accès équitable à la protection et à l’asile.

Fernando Batista Jiménez

Le gouvernement mexicain a besoin de données chiffrées et concrètes sur le déplacement interne avant de mobiliser les institutions nationales pour élaborer des réponses appropriées.

Lindsey Brickle et Alice Thomas

Bien que le Pakistan et la Colombie soient équipés de cadres de gestion des catastrophes relativement avancés, ces pays se sont retrouvés à la fois mal préparés et mal équipés pour aider et protéger les personnes récemment déplacées par les inondations.

Leticia Calderón Chelius

Le fait de s’associer face à une situation de cette gravité renforce le courage et la confiance des personnes concernées et leur procure un soutien émotionnel, social et, par-dessus tout, juridique et politique.

Anna Lindley

Il n’est pas possible de comprendre le rôle de moteur migratoire qu’a récemment joué la sécheresse en l’isolant des pratiques humaines et des processus politiques actuels. Les dimensions environnementales du déplacement qui a eu lieu récemment font surgir une série de défis politiques liés à la prévention, l’intervention et à la protection des droits.

Michael Edelstein, David Heymann et Khalid Koser

Les réponses individuelles et collectives que suscitent les crises sanitaires contribuent au bon déroulement d’une réponse de santé publique efficace qui permet, dans la plupart des cas, d’éviter des déplacements à grande-échelle. Restreindre les mouvements de la population est dans une large mesure une manière ineffective de contenir une épidémie, il arrive néanmoins que les gouvernements y recourent lorsque se déclare une crise sanitaire.

Khalid Koser

Les non-ressortissants qui se retrouvent bloqués dans des crises humanitaires sont aussi susceptibles que les ressortissants d’être victimes du déplacement et d’en subir aussi vivement les conséquences. Hélas, les cadres et les capacités visant à leur porter secours et à les protéger demeurent insuffisants.

Maximilian Pottler

La gestion humanitaire des frontières fait partie des outils qui peuvent venir en complément de la réponse humanitaire apportée aux migrants pris dans une situation de crise.

Judith Kumin

Afin de fuir le plus souvent une situation de crise, les «boat people» partagent leur mode de transport avec de nombreux types de migrants. Il reste encore beaucoup à faire pour appréhender la migration clandestine par voie maritime d’une manière qui soit respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité humaine, mais la volonté politique semble manquer au rendez-vous.

Oscar A Gómez

Le monde d’aujourd’hui se caractérise par des flux transfrontaliers continus de personnes et d’informations si bien qu’en cas de situation d’urgence, la communauté internationale se sent obligée d’intervenir, non seulement au nom de la solidarité mais aussi parce que les ressortissants de nombreux pays pourraient être en danger.

Mohamed Saïb Musette

Les instruments internationaux couvrent seulement partiellement les mouvements des migrants et, bien que les autorités algériennes aient certainement des possibilités de protéger ce groupe de personnes, aucun accord (bilatéral ou multilatéral) n’est en vigueur pour les y encourager.

Richard Black et Michael Collyer

L’étude des populations forcées de rester immobiles, ou «bloquées», remet en question les approches théoriques comme pratiques de la mobilité et des crises, qui donnent priorité au mouvement. Ceux qui ont perdu le contrôle au point de ne plus pouvoir décider de s’éloigner en cas de danger ont inévitablement perdu beaucoup plus.

April T Humble

Alors que s’intensifie les contrôles de sécurité aux frontières pour rendre ces dernières moins perméables, la migration transfrontalière devient de plus en plus ardue, sélective et dangereuse. Un nombre croissant de personnes se retrouvent bloquées dans leur propre pays ou dans un pays de transit, ou encore forcées d’errer dans des zones frontalières sans pouvoir accéder à une protection juridique ou aux services sociaux les plus essentiels.

Elżbieta M Goździak et Alissa Walter

On entend souvent dire que les crises d’origine naturelle ou humaine créent un environnement propice à la traite des êtres humains. Peu d’éléments viennent toutefois corroborer cette hypothèse.

Paul Kadetz

Les facteurs qui favorisent la cohésion sociale des communautés, tels que les réseaux communs établis de longue date, le partage d’une identité communautaire, une organisation centrale respectée par la communauté et l’établissement de la confiance, ont été identifiés comme des éléments critiques de la résilience et du relèvement post-catastrophe.

Markus Bell et Geoffrey Fattig

Le plus grand défi concernant les réfugiés nord-coréens provient du fait qu’il n’existe à l’heure actuelle aucun cadre international prescrivant comment répondre une fois que ceux-ci ont franchi la frontière.

Liliana Lyra Jubilut et Erika Pires Ramos

Les solutions régionales deviennent un outil stratégique pour combler le manque de mesures de protection internationalement approuvées en faveur des migrants fuyant des crises.

Silva Meybatyan

Les leçons de l’incident nucléaire de Fukushima en 2011 ressemblent pour beaucoup à celles de Tchernobyl 25 années auparavant, même si les contextes politiques sont différents. Il semble donc que peu d’enseignements en avaient été tirés.

Roger Zetter et James Morrissey

L’examen des antécédents migratoires et des politiques actuelles dans différents pays comme notamment le Kenya, le Bangladesh, le Vietnam, l’Éthiopie et le Ghana éclaire la manière dont s’articulent les droits de groupes et d’individus déplacés dans un contexte de pressions environnementales et de changement climatique. Tant la question de la migration que celle des droits sont des questions sensibles dans les pays étudiés, et les deux questions prises en conjonction le sont encore plus.

Irene Duffard Evangelista

Suite au séisme de 2010 en Haïti, l’Argentine et d’autres pays Sud-Américain ont entrepris d’accueillir des Haïtiens pour «des raisons humanitaires».                                                                                                             

Stefanie Haumer

Ce sont les lacunes du champ d’application et de la portée géographique du droit international actuel qui motivent la création de nouvelles lois sur les interventions en cas de catastrophe. Il existe également des lacunes dans l’application des normes internationales actuelles, et notamment dans la capacité des lois nationales à traiter les questions juridiques communes qui apparaissent au cours des opérations internationales de secours et de relèvement suite à une catastrophe.

Patrice Quesada

Une étape essentielle en vue d’avancer les mesures de réduction des risques au niveau local consiste à définir des indicateurs de vulnérabilité et de résilience basés sur la mobilité susceptibles de contribuer à mesurer et réduire les pertes humaines et économiques qui sont la conséquence des catastrophes.

Alexander Betts

Il n’existe aucun cadre de gouvernance mondial harmonisé ou unifié pour traiter les différents domaines qui ont été regroupés sous l’étiquette «migration pour cause de crises». Cela ne signifie pas qu’il soit obligatoire de construire de nouvelles institutions. Pour combler les carences de protection comme celles qui concernent la migration pour cause de crises, il nous faut faire preuve de créativité pour rendre les institutions existantes plus efficaces dans les domaines de la mise en œuvre, de l’institutionnalisation et des accords internationaux.

Articles généraux
Maria Beatriz Nogueira

Deux nouvelles conventions approuvées en 2013 ont le potentiel de garantir une meilleure protection aux groupes vulnérables, dont les PDI, sur le continent américain.

Nathan Willis

La discrimination ethnique alimente depuis longtemps la violence et le déplacement au Myanmar. Cela concerne en particulier les membres de l’ethnie rohingya, qui ont fui par «dizaines de milliers» uniquement en 2013.

Carine Allaf, Tzvetomira Laub et Arianna Sloat

Les normes mondiales telles que les Normes minimales pour l’éducation dans les situations d’urgence doivent être mises en application au niveau local, ce qui implique un processus de contextualisation réfléchi et engagé.

Samira Trad

L’attitude libanaise vis-à-vis de «l’exception syrienne» pourrait servir de point de départ pour faire évoluer sa politique officielle en vue de l’aligner sur les normes et les mesures de protection internationales relatives aux réfugiés et aux droits humains.

Caroline Abu Sa’Da et Sergio Bianchi

MSF a récemment interrogé les réfugiés somaliens du camp de Dagahaley à Dadaab sur leurs conditions de vie et sur ce qu’ils pensaient à la perspective de retourner en Somalie dans un proche avenir. Les réponses semblent suggérer, contrairement à ce que l’on pense habituellement, que de mauvaises conditions de vie dans le camp n’incitent pas nécessairement à vouloir rentrer.

Juan Pablo Terminiello

Depuis le retour de la démocratie en Argentine, au Brésil, au Chili, au Paraguay et en Uruguay, la question du déplacement forcé a été solidement prise en compte dans le cadre des réparations en faveur de victimes des régimes dictatoriaux.

Lucy Kiama et Fredrick Koome

Alors que le problème du déplacement interne au Kenya perdure depuis la période coloniale, ce n’est que récemment qu’un cadre juridique a été élaboré pour répondre aux besoins de protection des PDI. Le processus d’élaboration de ce cadre apporte des enseignements utiles aux autres parties prenantes qui se trouvent dans une situation semblable.

Mariko Hall et Adam Ashcroft

Au cours du premier mois d’intervention qui a suivi le typhon Haiyan, l’une des priorités de la communauté internationale a été de rétablir la connectivité Internet en vue de faciliter l’échange d’information et la fourniture d’assistance.

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview