Se connecter et communiquer suite au typhon Haiyan

Au cours du premier mois d’intervention qui a suivi le typhon Haiyan, l’une des priorités de la communauté internationale a été de rétablir la connectivité Internet en vue de faciliter l’échange d’information et la fourniture d’assistance.

«Les dommages à l’infrastructure sont les principaux défis auxquels nous nous trouvons confrontés dans ce type de situations, et plus particulièrement suite au typhon et au raz-de marée qu’ils ont eu ici» explique Neil Murphy-Dewar, Chef de l’équipe en charge du Cluster des télécommunications d’urgence (CTU) à Tacloban. «À Tacloban l’infrastructure électrique a été entièrement détruite, le réseau de téléphonie mobile a été anéanti, les lignes de téléphone terrestre et les installations des prestataires de service Internet ont subi de graves dommages.»

Le Cluster des télécommunications d’urgence est un réseau mondial d’organisations qui travaillent ensemble pour couvrir les besoins en technologies de l’information et en télécommunications de la communauté humanitaire. Dans le cadre d’un partenariat préexistant, la plateforme de télécommunications ‘emergency.lu’ de la Direction de la coopération au développement du Luxembourg[1] a été déployée en conjonction avec des technologies d’Ericsson Response et celles du Programme alimentaire mondiale pour soutenir le CTU en mettant à disposition de la communauté chargée de l’assistance des moyens de communications essentiels en l’espace de quelques jours.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), 14,1 millions de personnes à travers l’ensemble de la zone des Visayas aux Philippines ont été touchées par le typhon Haiyan. Plus d’un million de maisons ont été détruites, 6 109 personnes sont mortes, et 4,1 millions de personnes ont été déplacées. Au vu de l’ampleur de la dévastation, tous les Clusters d’intervention humanitaire ont été activés.

La ville de Guiuan, dans la province de Samar oriental, a été le premier point d’impact du typhon Haiyan aux Philippines. Avant la catastrophe la connectivité Internet y était déjà très limitée. Après un certain nombre de problèmes techniques initiaux dus au degré élevé d’humidité et à la difficulté d’identifier des sites adaptés dans une zone largement couverte de décombres, le CTU a réussi à établir une connectivité Internet par WIFI à l’intention de la communauté humanitaire en utilisant le kit standard de déploiement emergency.lu. Le Cluster eau, assainissement et hygiène (WASH) a distribué des couvertures, des trousses d’hygiène et des purificateurs d’eau, a enseigné de bonnes pratiques d’hygiène aux résidents de Guiuan et a travaillé avec le gouvernement local au renforcement à long terme des capacités en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène. «Au départ, il était très difficile de communiquer,» explique Prem Chand d’UNICEF, Coordinateur du Cluster WASH. «Les téléphones ne servaient à rien. Nous avions des réunions quotidiennes mais lorsque le CTU a commencé à nous fournir l’Internet, c’est littéralement devenu notre seul moyen de communication avec le monde extérieur.»

À Tacloban City, la ville la plus durement touchée par le typhon, la priorité était d’assurer la connectivité de l’hôtel de ville et du stade de Tacloban (centre d’évacuation et point central des efforts de coordination des secours). Un deuxième kit de déploiement rapide emergency.lu a été installé à Ormoc City, sur le toit de l’hôtel de ville, afin de fournir des services gratuits d’Internet et de téléphonie vocale à la communauté humanitaire qui y travaillait  grâce à la mise en place d’un petit café Internet à l’intérieur de l’hôtel de ville.

«À l’heure actuelle, la capacité d’accéder à l’Internet et de pouvoir échanger des informations avec le siège est essentielle,» explique Jesper Lund, Chef d’OCHA à Leyte et Samar. «Tout ce que nous produisons ici est immédiatement téléchargé sur Internet pour être accessible au reste de la communauté. Il n’est absolument plus possible d’imaginer une situation dans laquelle nous n’aurions pas d’accès Internet.»

 

Mariko Hall mariko.hall@wfp.org et Adam Ashcroft adam.ashcroft@wfp.org travaillent pour la Division du PAM chargée de la préparation et de l’intervention d’urgence dans le domaine des technologies de l’information.

emergency.lu est un partenariat public/privé (initié et financé par le gouvernement du Luxembourg) qui est opérationnel depuis janvier 2012. www.emergency.lu



[1] Dans le cadre du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview