De passage en Grèce

La volonté de quitter la Grèce et de se rendre dans d’autres pays européens est plutôt évidente parmi les réfugiés et les migrants.

Jusqu’à l’ouverture partielle des frontières via les Balkans au cours de l’été 2015, Patras (troisième ville et port de Grèce) constituait le principal port de transit pour les migrants clandestins qui se rendaient en Italie et dans le reste de l’Europe. En 2011, le déplacement du port dans la partie sud de la ville a poussé des centaines de réfugiés et de migrants à s’installer dans une zone industrielle abandonnée juste en face du nouveau port. Ces usines vides face au port sont principalement habitées par des Afghans et des Soudanais qui attendent une occasion pour se glisser sous un camion et embarquer sur un ferry à destination de l’Italie.

Parmi les nouveaux arrivants, la plupart (principalement de nationalité afghane) choisissent de ne pas déposer de demande d’asile. Leur unique espoir est de quitter illégalement le pays avant la date d’expiration de leurs papiers, valides pendant trente jours, sans laisser aucune trace (ni d’empreintes digitales). Une fois ce délai écoulé, ils se retrouveraient en situation illégale et risqueraient d’être mis en détention.

Selon le système d’asile grec, différentes procédures s’appliquent en fonction de la nationalité du demandeur et de la période au cours de laquelle la demande d’asile a été déposée. Depuis décembre 2014, les Syriens ont pu bénéficier d’une procédure d’examen accélérée qui leur permet d’obtenir une réponse le jour même. Bien entendu, ce système engendre le ressentiment parmi les personnes cherchant à obtenir l’asile.

La volonté de quitter la Grèce et de se rendre dans d’autres pays européens est plutôt évidente parmi les réfugiés et les migrants. Qu’il s’agisse de personnes arrivées récemment, en attente d’une réponse pour une demande d’asile soumise il y a quelque temps, exposées au risque de la détention ou encore tombées dans la clandestinité et donc incapables de quitter le pays légalement, une chose les unit toutes : le désir ardent de quitter la Grèce.

 

Marco Mogiani 584186@soas.ac.uk

Étudiant en doctorat, SOAS, Université de Londres www.soas.ac.uk

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview