Dix bonnes raisons de pratiquer les arts dans les camps de réfugiés

La participation des réfugiés à des activités artistiques – musique, théâtre, peinture, etc. – joue souvent un rôle positif dans leur capacité à survivre physiquement et même émotionnellement et spirituellement.

Il est évident que l’activité artistique n’est ni une solution à tous les problèmes, ni un remède miracle. Certaines entreprises artistiques nécessitent une formation et un équipement qu’il est difficile d’obtenir dans les camps, même si de nombreuses activités artistiques ne demandent à peine plus que du temps et de l’inspiration. Mais même si vous n’êtes pas un artiste formé ou professionnel, si vous vivez dans un camp de réfugiés il y a de nombreuses bonnes raisons pour que vous vous impliquiez dans les arts, que ce soit la musique, la poésie, la danse, la peinture, le dessin ou toute autre activité créative.

  1. L’activité artistique vous aide à utiliser votre temps de manière créative et productive. L’une des ressources que de nombreux réfugiés ont en abondance est le temps. Lorsque les possibilités d’emploi sont limitées, l’activité artistique est une manière d’utiliser le temps productivement et créativement, en consacrant son énergie et son talent à des fins significatives. De plus, célébrer des fêtes – comme la Journée mondiale des réfugiés ou des jours fériés religieux ou séculaires- par des représentations artistiques peut vous aider à rester impliqué dans des cycles temporels dont vous pourriez très facilement vous déconnecter dans le cadre de la vie du camp.

 

  1. L’activité artistique peut vous aider à gérer les stress psychologiques et émotionnels qui font partie de la vie dans un camp de réfugiés. Étant donnée la prévalence des traumatismes parmi les réfugiés se trouvant dans les camps, les mécanismes qui contribuent à la résistance et à la guérison sont une priorité majeure tant pour le bien-être des réfugiés que pour celui de l’ensemble de la communauté. Bien que l’activité artistique ne soit pas en mesure de se substituer à une thérapie ou à des soins psychiatriques, le fait de participer à ce type d’activités – qu’elles soient privées ou publiques, formelles ou informelles - peut fournir le moyen d’exprimer des émotions à la fois douloureuses ou agréables, de se confronter à des souvenirs difficiles, et parfois de trouver un moyen d’échapper à l’accablement.

 

  1. La participation à une activité artistique peut contribuer à renforcer un sentiment de pouvoir et de capacité d’agir. Cela est particulièrement vrai si vous initiez ou dirigez cette activité personnellement. En outre, l’aspect ludique des arts peut contribuer à l’épanouissement tout autant des adultes que des enfants, réaffirmant la possibilité de la joie même dans le contexte de la vie en camp, et vous aider à refuser de considérer la pauvreté, la migration et l’injustice comme un acquis normatif.

 

  1. Une activité artistique peut contribuer à vous connecter avec votre communauté spirituelle. Prendre part aux rituels et observer une pratique religieuse peut être une part importante de votre vie spirituelle, et les aspects artistiques de ces rites - chants religieux, prières poétiques, danses spirituelles, décorations des objets de culte, etc. – jouent un rôle essentiel pour impliquer les sens dans la vénération et la contemplation. Célébrer les fêtes religieuses par le biais d’une expression créative et des processions festives peut vous aider à vous connecter à la tradition religieuse à laquelle vous appartenez et à la communauté religieuse dont vous êtes séparé.

 

  1. L’activité artistique peut vous aider à préserver votre culture traditionnelle alors que vous êtes éloigné de votre terre d’origine. Chanter des chants traditionnels, faire de l’artisanat traditionnel et utiliser les langues traditionnelles pour composer des poèmes et d’autres formes littéraires peut vous aider à préserver vos pratiques culturelles. Cela peut également vous aider à transmettre votre héritage culturel à vos enfants ou à d’autres enfants dans le camp, même s’ils n’ont jamais vu ou ne souviennent plus de leur pays d’origine.

 

  1. L’activité artistique peut vous aider à développer un sentiment de partager une communauté avec d’autres réfugiés. Alors que le fait de trop insister sur les différences entre groupes dans un camp de réfugiés peut occasionner des querelles et des divisions, l’activité artistique peut fournir des occasions de partager votre culture avec d’autres en témoignage d’amitié. Le fait de participer aux activités culturelles et artistiques d’autres cultures peut vous aider à apprendre à connaître vos voisins dans le camp et vous aider à apprécier ce qu’ils apportent à la vie du camp.

De plus, l’activité artistique peut aider les membres de la communauté à discuter de sujets difficiles, gênants ou tabous. Plutôt que de dire aux autres ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire, il est possible par exemple de mettre en scène une pièce de théâtre illustrant une pratique préjudiciable et les effets qu’elle peut avoir sur les personnes concernées. Cela peut susciter une conversation sur la question, et donner aux membres de la communauté la liberté d’en discuter indirectement à travers la pièce de théâtre. Une fois le silence brisé par rapport à un sujet, il peut être possible de l’aborder plus directement. Les artistes peuvent utiliser des récits, des chansons, des danses, des arts visuels et d’autres moyens pour aborder des problèmes sensibles et les rendre accessibles pour que le public puisse les considérer et en discuter.

 

  1. L’activité artistique peut contribuer à établir des ponts entre les réfugiés et les communautés d’accueil. Les relations entre les réfugiés et les communautés d’accueil sont complexes et souvent tendues. Partager vos pratiques artistiques culturelles et traditionnelles avec les membres de la communauté d’accueil et apprendre à connaître leurs activités artistiques et leur vie culturelle, peut contribuer à établir des ponts. Des interactions personnelles et culturelles de ce type peuvent être importantes pour engendrer un respect mutuel, remettre en question les stéréotypes des uns envers les autres, et favoriser des entreprises de coopération.

 

  1. L’activité artistique peut aider les enfants à apprendre. Le recours aux chansons, aux images et à d’autres outils artistiques peut aider les enfants à apprendre leurs leçons plus efficacement en leur permettant d’utiliser plus complètement leur imagination et leurs sens que cela n’est possible avec des méthodes d’apprentissage moins créatives. Il est également plus facile d’apprendre et de mémoriser des informations lorsqu’elles sont présentées sous la forme d’un poème ou d’une chanson. Des pratiques participatives, comme jouer des scénettes et des pièces de théâtre peuvent aider les élèves en rendant les leçons plus vivantes et en les impliquant en tant qu’agents de leur propre apprentissage. Dans la mesure où l’apprentissage artistique et créatif est divertissant, il permet de soutenir l’attention des enfants pendant une période plus longue que d’autres types d’activités éducatives. En outre, il se peut que des enfants dont la vie a été bouleversée par les traumatismes qui accompagnent la migration forcée aient développé des difficultés spéciales en termes d’apprentissage dont il est nécessaire de s’occuper, et les arts sont tout à fait adaptés à cet effet comme outils éducatifs et thérapeutiques.

 

  1. L’activité artistique peut aider les adultes à apprendre et à développer des comportements qui favorisent la santé et le bien-être physique, psycho-social et communautaire. Apprendre ne se limite pas aux matières scolaires, et l’éducation n’est pas non plus réservée aux enfants. Pour toute une série de raisons similaires à celles qui font de l’activité artistique un moyen efficace pour faciliter l’apprentissage des enfants, les arts fournissent également aux adultes des opportunités d’éducation et de développement. Les réfugiés peuvent se transmettre efficacement des informations importantes relatives à des préoccupations sociales ou de santé par le biais des arts (musique, théâtre de rue, poésie, affiches, etc.). Plus particulièrement dans des communautés de réfugiés où les niveaux d’alphabétisation sont faibles, d’autres moyens de communiquer des informations peuvent s’avérer plus efficaces que des brochures ou des méthodes exclusivement basées sur du texte écrit.

Les arts peuvent être particulièrement utiles pour aborder des préoccupations qu’il serait habituellement impoli ou gênant de discuter en public. Des problèmes comme des conflits ethniques, des violences domestiques ou des comportements sexuels à risque peuvent être envisagés par le biais du théâtre de rue, par exemple, avec moins de risques de mettre les gens sur la défensive. La discussion communautaire peut entraîner le développement de nouvelles normes sociales et la promotion de comportements plus adaptés au plan social. Parce que les chansons, les poèmes et les images restent fixés dans la mémoire, il est probable qu’une séance de dissémination ou une nouvelle norme sociale reste plus longtemps présente dans les mémoires si elle est renforcée des supports artistiques. Plus votre souvenir d’un événement durera longtemps et sera profondément ancré dans votre mémoire, plus votre comportement individuel ainsi que les normes sociales collectives auront de chance de se modifier en conséquence, vous permettant ainsi d’expérimenter une transformation positive de vos habitudes et de vos attitudes.

  1. L’activité artistique peut vous aider à vous préparer à la vie au-delà du camp. Même si vous ne finissez pas par avoir une activité professionnelle dans les arts littéraires, visuels ou de la scène, les compétences que vous aurez acquises en vous adonnant à une activité artistique – comme l’autodiscipline, la créativité et la patience – sont susceptibles de vous rendre service une fois que vous quitterez le camp et que vous commencerez à reconstruire une nouvelle existence.

Les lignes directrices de bon nombre d’ONG internationales indiquent les arts comme un véhicule potentiel et souhaitable pour la promotion des objectifs humanitaires essentiels à l’épanouissement des êtres humains. L’expression artistique et culturelle constitue même un droit protégé par la Déclaration universelle des droits de l’homme et par la Convention relative aux droits de l’enfant. Avec la liberté de jouir de ce droit et tellement de raisons de l’exercer, les bénéfices de la pratique d’une activité artistique et d’une expression créative sont à votre portée, même dans le cadre limité par le contexte d’un camp de réfugiés.

 

Awet Andemicael awet@post.harvard.edu est musicienne et écrivaine et elle poursuit des études doctorales en théologie à l’Université de Yale.

Ses recherches sur le rôle des activités artistiques dans la vie des personnes qui vivent dans des camps de réfugiés ont été publiées par le HCR et sont disponibles en ligne sur : www.unhcr.org/4def858a9.html

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo email.png

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview