Coopération communautaire interconfessionnelle : une perspective luthérienne

Selon l’expérience de la Fédération luthérienne mondiale, une coopération plus étroite avec des organisations de confession différente est à la fois possible et bénéfique.

Parallèlement à sa participation enthousiaste au Dialogue sur la foi et la protection de l’UNHCR en 2012, la Fédération luthérienne mondiale (FLM) a commencé à tisser des liens plus étroits avec d’autres organisations professionnelles (OC) pour combattre avec plus de volontarisme les divisions et les suspicions entre les communautés religieuses en favorisant la collaboration humanitaire interconfessionnelle. La collaboration avec des organisations de confession différente peut contribuer à promouvoir un discours religieux compatissant et respectueux mais aussi envoyer un message puissant démontrant que les croyants de différentes fois peuvent s’unir autour d’un objectif commun afin de servir les personnes dans le besoin et de travailler ensemble pour bâtir la paix.

À cette fin, la FLM et le Forum humanitaire (Humanitarian Forum)[1] ont organisé un atelier intitulé «Travailler ensemble : partenariats humanitaires entre chrétiens et musulmans », qui s’est tenu à Amman, en Jordanie, en octobre 2013. Des participants issus de la FLM, d’Alliance ACT et de plusieurs organisations humanitaires islamiques, y compris le Secours islamique mondial et Muslim Aid, se sont réunis pour aborder des questions opérationnelles relatives aux partenariats humanitaires. Ils ont dressé des ébauches de projets de coopération pilotes pour la Jordanie, le Kenya et le Myanmar, et publié une déclaration commune qui reconnaissait certaines divergences et certains défis potentiels en matière de coopération interconfessionnelle mais qui réaffirmait également la conviction, partagée par tous, que les OC peuvent être une force pour le bien et pour la paix à travers le monde.

Plusieurs obstacles se dressent sur le chemin de la construction de nouveaux partenariats, d’autant plus que les relations entre religions sont souvent une question sensible, et les participants à l’atelier « Travailler ensemble » ont identifié un ensemble de défis qu’il s’agit de surmonter via une collaboration concrète. Les malentendus ou l’ignorance généralisée des différences et des similarités culturelles et religieuses peuvent alimenter la peur de l’autre, ce qui peut favoriser un sentiment de méfiance envers les OC ainsi qu’une certaine appréhension, aussi bien parmi les communautés locales de différentes fois que parmi les membres des OC engagées dans des activités interconfessionnelles. En revanche, il est possible d’atténuer les perceptions négatives et de nourrir un sentiment de confiance en démontrant des valeurs communes et en travaillant main dans la main dans le domaine de l’assistance humanitaire.

En conséquence directe de l’atelier, la FLM et le Secours islamique mondial développent aujourd’hui un partenariat tant à l’échelle mondiale que locale, et ont même signé un protocole d’entente en août 2014. Les domaines de coopération prévus concernent un projet pilote commun dans les camps de Dabaab, au Kenya, ciblant les enfants réfugiés somaliens souffrant de déficiences intellectuelles, et un projet pilote de consolidation de la paix en Jordanie ciblant les réfugiés syriens et les communautés d’accueil jordaniennes, dans lequel le budget sera commun et les rôles et responsabilités seront partagés. La collaboration au niveau national n’a pas été sans problèmes ni sans défis, à l’instar des retards provoqués par les difficultés techniques pour rendre les systèmes organisationnels compatibles. Toutefois, c’est précisément en surmontant ensemble ce type de défi qu’il est possible de développer et de renforcer notre partenariat.

Bonnes pratiques

La transparence au sujet des motivations et de l’identité de la FLM a contribué à apaiser les doutes de ceux qui pensaient qu’elle faisait du prosélytisme, et lui a permis de travailler plus efficacement dans des environnements multiconfessionnels. De même, la collaboration entre la FLM jordanienne et le Secours islamique jordanien a permis au personnel de chacune de ces organisations de se familiariser avec les valeurs, les normes et les standards de sa consœur, et de confirmer qu’elles partagent toutes les deux les mêmes valeurs et le même engagement à œuvrer pour des objectifs humanitaires identiques.

La FLM sert les communautés vulnérables et marginalisées du monde entier depuis près de 70 ans en donnant priorité aux réfugiés, aux personnes déplacées de l’intérieur et aux communautés locales, et c’est aujourd’hui le plus grand partenaire d’exécution confessionnel de l’UNHCR, motivé par les valeurs chrétiennes et guidé par les normes et les principes professionnels de l’humanitaire et du développement. Tenant compte du fait que des organisations de confession différente présentent un profil semblable, l’expérience de la FLM suggère qu’il est possible d’unir ses forces pour combattre le préjudice qui assimile la religion uniquement à une source de conflit et, par un travail collaboratif, de démontrer que la religion peut être une force œuvrant pour le bien-être et la paix.

Comme l’a affirmé le Dr Hany El Banna, président du Forum humanitaire, dans la déclaration commune de l’atelier « Travailler ensemble » : « Le partenariat devient un devoir impérieux pour nous tous ; aucune organisation ne peut travailler seule. Nous ne devons pas avoir peur de forger des partenariats. » Ce à quoi le révérend Eberhard Hitzler, alors directeur du département du Service mondial de la FLM, a ajouté : « nous croyons fermement qu’une coopération plus étroite au niveau local et mondial peut se révéler mutuellement bénéfique et, plus important encore, contribuer à l’amélioration de nos services humanitaires en faveur des personnes touchées par les catastrophes ».

 

Elizabeth Gano Elizabeth.gano@lutheranworld.org est assistante de programme pour la Collaboration interconfessionnelle chez la Fédération luthérienne mondiale. www.lutheranworld.org


[1] Plateforme de dialogue et de compréhension entre les organisations musulmanes et leurs consœurs occidentales et multilatérales, basée au Royaume-Uni. www.humanitarianforum.org

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview