Une organisation œcuménique pour les demandeurs d’asile en Suisse

Une organisation œcuménique propose une assistance de type socio-pastoral aux demandeurs d’asile pendant qu’ils franchissent les premières étapes cruciales de la procédure d’asile.

Par l’intermédiaire d’une organisation œcuménique appelée OeSA[1], les églises réformées, catholiques et méthodistes de Bâle proposent une assistance humanitaire aux réfugiés qui viennent juste d’arriver en Suisse après avoir vécu des expériences difficiles et dangereuses. OeSA apporte une assistance socio-pastorale aux demandeurs d’asile pendant la période qu’ils passent dans le Centre d’enregistrement et de procédure (CEP) et qu’ils franchissent les premières étapes cruciales de la procédure d’asile. Le CEP n’est pas un centre de détention, les demandeurs d’asile ont donc l’autorisation de sortir pendant la journée et pendant certaines périodes limitées au cours des weekends. Par le biais des services qu’elle offre à l’intérieur et près du CEP, l’OeSA constitue une parenthèse de répit dans le parcours que doivent accomplir de nombreux demandeurs d’asile.

L’accompagnement pastoral est possible dans tous les CEP en Suisse, grâce à un accord signé en 1995 entre les trois principales églises suisses et le Bureau fédéral pour les réfugiés, un accord qui s’est étendu en 2002 à la Communauté juive nationale. Ces organisations forment ensemble un Comité national qui a élaboré une note conceptuelle ou « Concept général » relatif au travail pastoral auprès des demandeurs d’asile qui se trouvent dans des CEP. Selon les termes de ce Concept, ce travail doit prendre en considération les contextes religieux variés dont sont issus les demandeurs d’asile ; il définit le travail pastoral dans les CEP comme « un engagement envers l’être humain », et rejette toute discrimination religieuse et toute forme de prosélytisme. Les principes qui orientent le travail pastoral et que partagent également un groupe plus étendu de personnes, sont axés sur l’hospitalité, une attention prioritaire accordée aux personnes les plus vulnérables, l’ouverture à tous les demandeurs d’asile indépendamment de leurs origines ou de leurs affiliations religieuses, et une sensibilité à toute une variété de besoins psychologiques et matériels

Les personnes qui effectuent ce travail pastoral donnent des informations aux demandeurs d’asile sur le système d’asile et les services mis à disposition par l’OeSA ainsi que sur les conseillers juridiques qui se trouvent à proximité du Centre. Leurs premiers contacts avec le pays sont extrêmement importants pour les demandeurs d’asile qui sont très vulnérables, et ainsi, n’importe quel petit geste d’accueil acquiert une valeur symbolique qui dépasse de beaucoup son véritable effet concret.

L’équipe d’OeSA est non seulement une équipe œcuménique mais elle est également multiculturelle et multireligieuse. Environ 50 bénévoles de dix nationalités différentes apportent leur coopération aux différents services socio-pastoraux offerts par l’organisation. Même si ses lignes directrices ont été élaborées dans un cadre chrétien et qu’OeSA tire son soutien des églises chrétiennes, des personnes appartenant à différents contextes religieux et culturels peuvent sans difficulté partager la vision et la manière de travailler de l’organisation.

Les premiers contacts et les premières conversations avec les demandeurs d’asile ont lieu en dehors du CEP dans un café ouvert cinq jours par semaine et géré par une équipe de 15 bénévoles. Pendant les heures d’ouverture, des bénévoles formés (parlant différentes langues) organisent des roulements pour apporter un soutien émotionnel, un accompagnement et des informations générales sur la législation relative à l’asile ; ils aident également, le cas échéant, à rapprocher les demandeurs d’asile du Bureau de conseil juridique, ou – dans le cas d’un requérant rejeté qui envisage un retour volontaire – à le mettre en contact avec le bureau de l’OIM qui se trouve dans le CEP. Les bénévoles d’OeSA proposent également d’autres services pratiques comme des cours d’allemand, des heures de garde d’enfants, etc.

Le respect des travailleurs pastoraux pour chaque individu a inspiré certaines initiatives. Par exemple, on a demandé aux directeurs des CEP d’autoriser, durant les périodes de ramadan, les demandeurs d’asile musulmans à rester hors du CEP pour leur permettre de terminer leur journée à la mosquée. Un autre aspect important de l’accompagnement pastoral est la possibilité d’établir un réseau au sein du CEP afin que l’on puisse discuter des questions et difficultés avec le staff, les agents de sécurité et/ou le personnel d’encadrement (y compris le directeur).

Sensibiliser le public en faveur des demandeurs d’asile est encore une autre mission importante d’OeSA. L’organisation espère contribuer au développement d’une société plus accueillante en réduisant les préjugés et en établissant des ponts entre les demandeurs d’asile et la population locale, elle cherche également à susciter la solidarité, le dialogue et l’acceptation mutuelle en franchissant les divisions culturelles et religieuses.

 

Susy Mugnes mugnes.assunta@rkk-bs.ch est Agente pastorale à OeSA. www.oesa.ch (site actif à partir de janvier 2015). Felicina Proserpio fproserpio@cserpe.org et Luisa Deponti ldeponti@cserpe.org sont Collaboratrices au Centre de recherche sur la migration à Bâle. www.cserpe.org



[1] Ökumenischer Seelsorgedienst für Asylsuchende (Service œcuménique socio-pastoral à l’intention des demandeurs d’asile).

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview