Santé sexuelle et reproductive des adolescents dans un contexte humanitaire

Certaines vulnérabilités spécifiques aux adolescentes pendant les périodes de crise et d’urgence sont exacerbées par l’absence d’accès à des services de santé sexuelle et reproductive. Davantage d’attention accordée aux besoins des adolescents  et l’utilisation d’approches novatrices pour établir le dialogue avec eux pourraient contribuer à atténuer certains impacts qui menacent leur vie.

Imaginez une jeune fille de 12 ans qui vient de s’installer dans un camp de réfugiés avec sa famille. Elle est la fille aînée et elle a cinq frères et sœurs. Elle essaie d’aider sa mère chaque jour pour faire à manger, chercher de l’eau, s’occuper de ses frères et sœurs plus jeunes. Aucune de ses amies n’est avec elle, et elle a l’impression de n’avoir personne avec qui jouer ou parler. À certains moments, elle aimerait être toute seule, dans un endroit où personne ne lui demande de faire quoi que ce soit. D’abord, elle pensait qu’elle pourrait aller dans le champ où se trouvent les latrines. Mais il y a beaucoup d’hommes tout autour, et aussi des soldats, et ils lui disent des choses, ils sifflent et font des gestes qu’elle sait ne pas être convenables. Elle aimait aller à l’école, et elle sait qu’il y a une école dans le camp où elle voit d’autres enfants de son âge aller tous les jours. Cependant, elle ne sait pas comment elle pourrait s’y inscrire. Elle aimerait avoir une amie ou une enseignante, ou une sœur plus âgée, à qui parler et qui la ferait se sentir moins vulnérable.  

Pendant la transition entre l’enfance et l’âge adulte, les adolescents bénéficient normalement de l’influence de modèles adultes, de normes et de structures sociales et de groupes communautaires (groupes de pairs, groupes religieux ou groupes culturels). Cependant, en situation de déplacement, les structures sociales et familiales sont perturbées. Il se peut alors que les adolescents soient séparés de leur famille ou de leur communauté, et qu’au même moment les programmes formels et informels d’éducation s’interrompent et que les réseaux communautaires et sociaux s’effondrent. Il n’est pas rare que les adolescents soient préoccupés, craintifs, stressés et désœuvrés ou qu’ils s’ennuient. Il se peut qu’ils se trouvent dans des situations où ils sont confrontés à des risques auxquels ils ne sont pas préparés, et ils peuvent avoir à assumer des rôles d’adulte sans y être prêts, sans avoir de modèles adultes ou de réseaux de soutien.

Les adolescents qui traversent des crises peuvent se trouver dans l’incapacité de visualiser une perspective d’avenir qui leur semble positive et peuvent développer une vision fataliste de ce qui les attend. La perte des moyens d’existence, de la sécurité et de la protection apportée par la famille et la communauté place les adolescents dans une situation où ils risquent la pauvreté, la violence, l’exploitation et les sévices sexuels. Plus particulièrement :

  • De très jeunes adolescents déplacés (10-14 ans), particulièrement les filles, risquent l’exploitation et les sévices sexuels. Parce qu’ils ont une expérience limitée de la vie, il arrive que les adolescents ne reconnaissent pas dans des circonstances qui leur paraissent étranges, la nature sexuelle de certains actes abusifs ou d’exploitation.  
  • Les jeunes adolescentes enceintes,  particulièrement celles qui ont moins de 16 ans, ont un risque élevé de faire un travail obstructif, une pathologie obstétrique susceptible de mettre la vie en danger qui peut se produire lorsqu’un bassin immature est trop étroit pour permettre le passage du bébé lors de l’accouchement. Tout retard de traitement peut entraîner une fistule obstétrique ou une déchirure utérine, une hémorragie et le décès de la mère et de l’enfant.
  • Des adolescents séparés de leur famille et des enfants avec une famille à charge se trouvent privés de sécurité en termes de moyens d’existence et de protection que devrait leur fournir la structure familiale, et risquent encore plus d’être confrontés à la pauvreté ainsi qu’à l’exploitation et aux sévices sexuels. Les adolescents séparés de leur famille et les enfants chefs de famille peuvent se trouver dans une situation où ils se sentent contraints d’abandonner l’école, de se marier ou de se prostituer pour subvenir à leurs besoins qu’il s’agisse de nourriture, d’abris ou de protection.
  • Les jeunes adolescentes qui recourent à la prostitution risquent des grossesses non voulues, des avortements dangereux, des IST et le VIH, et s’exposent également à l’exploitation et aux sévices sexuels.  
  • Les victimes de violence sexuelle et sexiste  sont exposées à des grossesses non voulues, des avortements dangereux, des IST et notamment au VIH. Elles risquent également de souffrir de troubles mentaux et psychosociaux, et d’être confrontées à  la stigmatisation sociale. En Haïti, suite au tremblement de terre, un nombre significatif de victimes de violences sexuelles traitées par les ONG GHESKIO et Médecins du Monde étaient des adolescentes et des fillettes pré-pubères.
  • Les enfants associés aux forces armées et aux groupes armés, qu’ils s’agissent de garçons ou de filles, sont souvent sexuellement actifs à un âge bien plus précoce, et sont confrontés à des risques de violence et de sévices sexuels, à des troubles mentaux et psychosociaux, à des grossesses non voulues, des avortements dangereux, aux IST et au VIH. 

 

Les perturbations du milieu familial, de l’éducation et des services de santé au cours des déplacements peuvent avoir pour effet de priver les adolescents de l’information et des services en matière de santé sexuelle et reproductive dont ils auraient besoin dans une période particulièrement à risques pour eux. En situation de crise, il est rare de manière générale que la qualité des soins obstétriques d’urgence soit garantie ce qui augmente les risques de morbidité et de mortalité des mères adolescentes et de leurs enfants.

Garantir l’accès à des services de planification familiale peut s’avérer une intervention susceptible de sauver des vies dans un environnement instable ou de crise. Ils peuvent également contribuer à promouvoir le droit des jeunes femmes à la santé, à l’éducation et à l’indépendance. De même, former de jeunes éducateurs pour renforcer la sensibilisation de leurs pairs au VIH, à l’utilisation correcte et constante des préservatifs, et la mise à disposition de préservatifs sont des mesures qui peuvent aider à protéger les adolescents contre la transmission des IST et notamment du VIH, des infections que l’on sait être endémiques dans ces groupes d’âge vulnérable.  D’une manière similaire, les adolescents n’auront accès à des mesures salvatrices de prophylaxie post-exposition – prévues dans le cadre d’une gestion clinique des victimes de violences sexuelles – uniquement s’ils ont été sensibilisés et qu’ils considèrent la violence sexuelle comme un abus et s’ils savent qu’ils ont droit à des conseils et à un traitement 

La Boîte à outils destinée aux adolescents

Conscients des besoins uniques des adolescents confrontés à ce type de situations, l’United Nations Population Fund (UNFPA) et Save the Children  ont développé une boîte à outils pour aider les responsables de programmes humanitaires et les prestataires de santé à couvrir les besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents. La Boîte à outils  pour la santé sexuelle et reproductive des adolescents en situations de crise humanitaire [1] a été conçue comme un document pratique d’accompagnement du Manuel de terrain inter-organisations sur la santé reproductive en situations de crise humanitaire[2]. Cette Boîte à outils, comprend non seulement des conseils sur la manière de préparer les interventions clés que différents secteurs ou fonctions devraient entreprendre lors de différentes phase, mais elle inclut également : 

  • Des outils DMU – outils de mise en œuvre spécifique afin d’inclure des interventions centrées sur les adolescents dans le cadre  du dispositif minimum d’urgence (DMU) pour la santé reproductive en situations de crise.
  • Des outils de participation  – des orientations sur la manière d’établir directement un dialogue avec les adolescents au cours des interventions d’urgence, et sur la manière d’impliquer la participation des parents et des communautés sur des thèmes relatifs à la santé sexuelle et reproductive des adolescents. 
  • Des outils d’évaluation – des questions centrées sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents, soit en vue d’évaluations initiales rapides ou dans le cadre d’analyses situationnelles plus générales ou d’évaluations exhaustives. 
  • Des outils pour les établissements [de santé] – des orientations à l’intention des professionnels de santé pour faciliter leur travail avec les adolescents dans les situations d’urgence humanitaire.
  • Outils de distribution communautaire et d’éducation par les pairs –  des mesures et des conseils concrets pour renforcer la sensibilisation des communautés.

 

Depuis début 2010, la Boîte à outils pour la santé sexuelle et reproductive des adolescents en situations de crise humanitaire a été utilisée pour contribuer au renforcement des services et programmes destinés aux adolescents dans plusieurs contextes humanitaires, comme la situation post-tremblement de terre en Haïti, la crise des réfugiés libyens de 2011, et les camps de Dollo-Ado en Éthiopie.

Certaines organisations de la société civile – comme la Straight Talk Foundation [Fondation franc-parler] en Ouganda ou l’Adolescent Reproductive Health Network [Réseau pour la santé reproductive des adolescents] sur la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie – ont entrepris un travail véritablement novateur dont nous avons beaucoup à apprendre en tant que communauté.[3]

La Straight Talk Foundation est une ONG ougandaise qui met à  la disposition des adolescents des journaux, des émissions de radio et des centres pour la jeunesse, ainsi que des émissions de radio pour les parents et des journaux pour les enseignants, qui tous sont consacrés au VIH, à la sexualité et à l’adolescence. www.straighttalkfoundation.org

L’Adolescent Reproductive Health Network sur la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie gère un centre pour la jeunesse à Mae Sot où les jeunes peuvent, par exemple, se réunir pour des activités sociales mais aussi accéder à des informations relatives à la santé reproductive et la planification familiale ainsi qu’à des services de contraception et de conseils. www.arhburma.net/.

 

Malgré tout, les efforts pour atteindre véritablement les adolescents et engager le dialogue avec eux dans les situations d’urgence et leur apporter des informations et des services globaux en termes de santé sexuelle et reproductive n’en sont encore qu’à leurs débuts. Même s’il est vrai que quelques organisations se sont engagées à intégrer un axe de travail sur les adolescents à leurs programmes de santé sexuelle et reproductive, en général le ciblage intentionnel de ce groupe d’âge reste n’ encore trop souvent pensé après-coup, et la mise en œuvre d’une participation réellement effective et substantielle des adolescents reste toujours difficile bien qu’un certain nombre d’éléments empiriques aient démontré sans équivoque les dommages qu’ils encourent du fait des vulnérabilités qui leur sont spécifiques.  

 

Brad Kerner BKerner@savechildren.org est Conseiller en santé reproductive pour les adolescents, Save the Children www.savethechildren.org. Seema Manohar SManohar@savechildren.org est Spécialiste en santé reproductive d’urgence pour les adolescents, Save the Children. Cécile Mazzacurati mazzacurati@unfpa.org est Spécialiste des programmes jeunesse et genre du Service d’intervention humanitaire de l’UNFPA www.unfpa.org. Mihoko Tanabe MihokoT@wrcommission.org est Responsable du programme de santé reproductive pour la Women’s Refugee Commission www.womensrefugeecommission.org.

Pour plus d’information ou pour nous faire part de vos meilleures pratiques, merci d’écrire à : ASRHToolkit@savechildren.org



[1] Développée sous l’égide de International Rescue Committee, John Snow, Inc., Pathfinder, the RAISE Initiative de la Columbia University, Save the Children, UNFPA, UNHCR, UNICEF et la Women’s Refugee Commission http://tinyurl.com/ASRH-toolkit-fr

[3] En 2011 l’UNFPA et Save the Children ont également lancé un cours de formation électronique et interactif d’une heure sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents en situations de crise humanitaire. www.iawg.net/resources/arhtoolkit.html

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview