Le rôle de la culture dans le mentorat

Les enfants migrants et réfugiés cherchent activement à épouser la culture américaine, souvent pour échapper aux railleries et se créer un sentiment d’appartenance. Cependant, au sein de leur foyer, ils sont fréquemment réprimandés par leurs parents qui leur reprochent d’être trop américanisés. De nombreuses familles récemment arrivées craignent de voir leurs enfants s’intégrer trop rapidement à une nouvelle société et oublier ou rejeter leur héritage culturel. Il n’est dont pas surprenant que les jeunes réfugiés et immigrants se sentent largement incompris alors que, naviguant entre différentes cultures, ils essaient de donner un sens à leur vie et de définir leur identité et leur destinée.

Le Programme de mentorat Go-Betweener, dirigé par Culture Connect Inc, apporte aux jeunes réfugiés et immigrants l’appui d’un mentor issu de la première ou de la seconde génération de réfugiés ou d’immigrants de la même origine culturelle (ou d’une culture semblable) et qui parle la même langue. Ces mentors ont eux-mêmes rencontré de nombreux obstacles identiques à ceux que rencontrent aujourd’hui les jeunes réfugiés et immigrants. Mais, plus important encore, ces mentors apportent à la jeune génération la preuve indubitable qu’il est possible d’allier deux cultures apparemment différentes. Le mentor Go-Betweener joue également un rôle important dans la mesure où il est capable de s’entretenir avec les parents dans leur langue natale. Les parents se sentent ainsi plus à l’aise et, de surcroît, ont l’occasion d’être mieux connectés aux ressources culturelles de la communauté au sens large, et de mieux les accepter.

«Je sais ce que c’est d’avoir des parents qui ne parlent pas anglais et qui ne se sentent pas à l’aise avec de personnes qui ne partagent pas leur culture et leur langue. En tant qu’adulte, je peux comprendre aujourd’hui les inquiétudes sociales qui agitaient mes parents qui s’étaient établis dans un pays étranger. Ayant moi-même un enfant coincé entre deux cultures, je peux comprendre la frustration et la tristesse de N, qui n’a pas le droit de faire ce que les autres adolescentes comme elle peuvent faire aux États-Unis. ... Je peux toutefois la conseiller et l’aider à comprendre le raisonnement de sa mère.» (mentor d’origine latino-américaine)

 

Bernadette Ludwig bludwig@gc.cuny.edu est co-fondatrice et membre du conseil d’administration de Culture Connect, Inc. www.cultureconnectinc.org mais aussi doctorante en sociologie  à The Graduate Center, de la City University de New York.

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview