Des endroits sûrs pour les adolescentes en Haïti

En Haïti, suite au tremblement de terre de 2010, la responsabilité de s’occuper des frères et sœurs plus jeunes et de gagner de l’argent a fini par retomber de plus en plus souvent  sur les jeunes adolescentes. Après plus de deux ans, les jeunes filles qui vivent dans des camps de PDI et d’autres sites de réinstallation, particulièrement celles qui n’ont pas de parents, sont toujours aussi vulnérables face à la violence, et il n’est pas rare que des rapports sexuels soient échangés contre de la nourriture et/ou un abri.

En réponse aux rapports selon lesquels il n’y avait  que des programmes négligeables en faveur des adolescentes, un certain nombre d’ONG nationales, d’organisations internationales et leurs affiliés haïtiens, et des groupes locaux de femmes ont créé le Réseau d’adolescentes d’Haïti. Les membres du réseau ont pour objectif de procurer aux jeunes filles des endroits sûrs dans lesquels elles peuvent se réunir régulièrement, trouver des mentors parmi leurs pairs et renforcer leurs compétences. Ce réseau est conçu pour favoriser un apprentissage par la collaboration, et il est ouvert à toute organisation qui s’engage à créer un ou plusieurs endroits sûrs destinés uniquement à des filles et dans lesquels, 20 à 30 filles peuvent se réunir par exemple une fois par semaine. 

Lorsque le Réseau a débuté, de nombreuses organisations participantes comptaient déjà des programmes à l’intention des jeunes, mais dans tous les cas il s’agissait de groupes mixtes – des filles avec des garçons ou avec des femmes. Les groupes où il n’y a que des filles ont un effet protecteur puissant ; ils contribuent à forger des amitiés, ils mettent les jeunes filles en contact avec des mentors qui sont leurs propres pairs, ils encouragent un sentiment d’appartenance et de solidarité, et ils procurent aux jeunes filles un endroit vers lequel se tourner en cas de problèmes. Ces mêmes endroits constituent également des plateformes à travers lesquelles acquérir de nouvelles compétences déterminantes. Par exemple, plusieurs membres du Réseau ont collaboré pour développer en open-source et sur la base de la contribution des jeunes filles elles-mêmes,  un programme en Créole d’éducation financière qui varie en fonction de l’âge.

Le parrainage est la force motrice du programme. Dans de nombreuses circonstances à travers le monde, ce sont presque toujours  automatiquement des jeunes parmi les plus favorisés qui remplissent ce rôle d’éducateurs auprès de leurs pairs en difficulté ;  le Réseau d’adolescentes d’Haïti a adopté un modèle différent qui consiste à recruter et encourager la participation comme mentors d’un groupe de jeunes filles âgées de 18 à 24 ans qui appartiennent aux mêmes communautés que les plus jeunes participantes du programmes. Les mentors ne sont pas des bénévoles et doivent être rémunérées ; ce qui renforce le message selon lequel leur contribution a de la valeur et mérite le statut d’emploi.  

Le nombre d’organisations qui mettent en place de tels endroits sûrs et uniquement réservés aux filles ne cesse d’augmenter. Si cette approche s’avère un succès, elle contribuera à la réalisation de cette ambition si souvent mentionnée qui est de ‘reconstruire en mieux’ après une situation d’urgence.

 

Jessica Nieradka nieradka.jessica@gmail.com a rédigé cet article avec la contribution d’Ella Gudwin et de Judith Bruce au nom du Réseau d’adolescentes d’Haïti.

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview