« Appariement » des réfugiés

En 2016, nous avons publié dans la Revue des Migrations Forcées un article intitulé « Choix, préférences et priorités au sein d’un système d’appariement pour les réfugiés »[1] dans lequel nous défendions l’idée que les réfugiés candidats à la réinstallation devraient être affectés aux pays d’accueil à travers un système d’appariement centralisé qui utiliseraient les préférences des réfugiés et les priorités des pays, un système similaire à ceux utilisés partout dans le monde pour attribuer des places aux élèves dans les écoles. Cette idée est maintenant discutée au sein du Bureau européen d’appui en matière d’asile comme une approche possible dans la quête de solutions à la crise européenne des réfugiés.

Très rapidement, nous nous sommes rendu compte que la distribution locale des réfugiés à l’intérieur d’un pays d’accueil particulier était un problème tout aussi pressant. Il existe de nombreuses données empiriques pour démontrer l’importance que peut avoir l’endroit initial dans lequel s’installent les réfugiés sur la manière dont ils réussissent dans des domaines comme ceux de l’éducation et de l’emploi. Nous avons donc suggéré que les systèmes d’appariement devraient également être utilisés au niveau local. Un double système d’appariement pourrait, par exemple, être utilisé : par le Royaume-Uni pour organiser la distribution géographique de 20 000 Syriens supposés arriver d’ici à 2020 dans le cadre du Programme de réinstallation de Syriens vulnérables vers des endroits spécifiques ; par n’importe laquelle des neuf agences bénévoles qui s’occupent de réinstaller des réfugiés aux États-Unis ; par le gouvernement canadien qui vient tout juste d’étendre son programme d’assistance gouvernementale aux réfugiés ; ou même par la Commission suédoise pour la migration en vue de placer des réfugiés qui vivent actuellement dans des logements temporaires vers des logements permanents à travers l’ensemble du pays.

C’est à cet effet qu’en septembre 2016 nous avons lancé un projet appelé Refugees’Say (soutenu par le Skoll Centre for Entrepreneurship d’Oxford) qui a pour objectif d’influencer et de réformer les politiques publiques dans la sphère de la réinstallation des réfugiés. Toutes les questions ou demandes sont bienvenues et nous espérons être en mesure de concevoir ou de réviser la conception de nombreux systèmes efficaces d’appariement destinés à la réinstallation de réfugiés partout dans le monde.

 

Will Jones, Royal Holloway, Université de Londres, et Alexander Teytelboym, Université d’Oxford
refugees.say@gmail.com www.refugees-say.com

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo email.png

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview