D’un laboratoire au Luxembourg à des satellites au Soudan du Sud

Une nouvelle plateforme de communication adaptée aux urgences humanitaires a fait ses débuts en janvier 2012 au Soudan du Sud avant d’être déployée dans d’autres contextes. Emergency.lu voudrait s’imposer comme un outil mondial interorganisations.

Les attentes auxquelles doit répondre la communauté humanitaire dans les situations d’urgence constituent un défi considérable. Les obstacles sont d’autant plus grands et les secours d’autant plus difficiles à apporter que les infrastructures informatiques et de communication, critiques pour mener des opérations et sauver des vies et souvent tenues pour acquises au niveau des sièges, sont fréquemment inexistantes ou de mauvaise qualité sur le terrain.

Reconnaissant ces carences, la Direction de la coopération au développement du Ministère des Affaires étrangères du Grand-duché du Luxembourg a établi en 2010 un partenariat avec trois sociétés basées au Luxembourg: HITEC Luxembourg, SES TechCom et Luxembourg Air Ambulance. Une équipe de représentants de chaque partenaire s’est rendue aux quatre coins du globe pour discuter avec plusieurs organisations de secours de la manière dont elles pourraient mettre à profit le savoir-faire du secteur privé pour répondre aux besoins des opérations humanitaires. C’est de cette mission d’établissement des faits qu’est né le système «emergency.lu», une plateforme de communication mobile multicouches capable de fournir une connectivité internet haut débit et des services de téléphonie vocale dès le déclenchement d’une catastrophe humanitaire. Emergency.lu dispose d’une infrastructure et d’une capacité de transmission par satellite permettant de fournir ces services de communication essentiels et d’assurer la gestion mondiale des informations et le transport des équipements jusque dans la zone affectée.

Emergency.lu propose deux «kits» de communication différents : rapide et normal. Le kit de déploiement rapide contient une antenne parabolique gonflable et une prise de terre compacte, permettant l’accès aux services internet et de communication vocale et l’établissement d’un réseau local. Ce kit se transporte facilement (les travailleurs d’urgence peuvent l’emmener avec eux en avion); il est conçu pour la première phase d’intervention d’urgence.

Le kit de déploiement normal contient une antenne parabolique plus robuste et se déploie parallèlement à la déclaration de l’état d’urgence comme l’une des solutions de la deuxième phase. Ce kit, semblable à une antenne parabolique normale, est conçu spécialement pour les opérations d’urgence: sans pièces détachables, il s’installe facilement et rapidement.

Depuis ses débuts, emergency.lu s’est développé en intégrant de nouveaux partenaires, dont le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU, qui est le responsable mondial du Module des télécommunications d’urgence (MTU)[1], l’Union internationale des télécommunications, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH) de l’ONU et l’Union européenne. Des acteurs du secteur privé, dont Ericsson Response et Skype, ont également contribué à son développement et à son déploiement. Au cours des 72 heures critiques suivant le déclenchement d’une urgence, le MTU s’engage à établir une connexion internet à partir d’un point d’accès WiFi et des services de communication vocale par internet dans les 48 heures suivant l’autorisation du matériel nécessaire par les services douaniers; emergency.lu répond à ces exigences.

Déploiement – réussites et défis

En décembre 2011, alors qu’emergency.lu était toujours en cours de développement, la situation au Soudan du Sud connaissait une détérioration rapide et la communauté humanitaire se démenait pour agrandir l’échelle de ses opérations afin de faire face à l’influx de personnes nouvellement déplacées ainsi qu’aux flux continus de rapatriés venus du Soudan. Les secours n’étaient pas seulement entravés par l’insécurité persistante mais aussi par les limites de l’infrastructure publique et de la couverture de téléphonie mobile et par le manque de fiabilité des services de transmission des données.

En janvier 2012, une équipe composée de techniciens et de travailleurs d’urgence du PAM, d’Ericsson Response, du gouvernement luxembourgeois et des services luxembourgeois de protection civile s’est rendue au Soudan du Sud. Après des essais initiaux à Juba, le premier déploiement de la solution complète d’intervention du MTU à l’aide du kit de déploiement rapide a eu lieu à Bentiu, dans le comté de Rubkona, où était enregistrée la majorité des rapatriés, qu’ils soient revenus de leur plein gré ou avec l’aide du gouvernement. Des kits de déploiement normaux ont été envoyés dans les comtés de Maban, Renk et Pibor. Pour la première fois, les travailleurs établis dans ces quatre emplacements reculés bénéficiaient d’un accès fiable aux communications vocales et à la transmission de données. En à peine six mois, ce système avait été déployé auprès de plus de 3.000 travailleurs humanitaires au Soudan du Sud, travaillant pour 156 organisations différentes.

Bien entendu, le déploiement de l’une des solutions de connectivité les plus récentes au monde dans le pays le plus récent de la planète ne s’est pas fait sans difficultés. Par exemple, les conditions climatiques extrêmes de Bentiu ont permis de tester la robustesse du kit de déploiement rapide et montré que le terminal contenant le modem et les serveurs devait être protégés par un couvercle et que les filtres devaient être changés régulièrement. Pour pallier les fréquentes pannes d’électricité, chaque site était équipé de deux générateurs ainsi que de batteries en cas de défaillance de tous les autres appareils.

Parmi les solutions d’intervention du MTU se trouvait une application de gestion de la largeur de bande qui contrôle pour quelles fonctions les terminaux sont utilisés et, en cas de dépassement, peut limiter leur usage aux fonctions prioritaires. Mettre en place une politique d’utilisation efficace de la largeur de bande s’est avérée être une véritable gageure, chaque utilisateur ayant différentes valeurs basées sur ses propres besoins. Des enseignements ont été tirés avec chaque installation; ils pourront être appliqués dans les situations futures.

Depuis lors, emergency.lu a également été déployé au Mali (au moment de la rédaction de cet article en octobre 2012), où un kit de déploiement régulier a été utilisé à Mopti, dans le nord du pays. Un autre kit est en attente de déploiement dans l’entrepôt du PAM à Bamako. Des kits seront aussi déployés au Népal et au Venezuela dans les prochaines semaines.

L’avenir

La préparation aux urgences est une phase fondamentale des interventions. Dix-sept kits emergency.lu sont pré-positionnés à travers le monde, dont au Luxembourg et à Dubaï, afin d’assurer leur expédition rapide lorsque la prochaine catastrophe arrivera. Le cours de formation Let’s Net, coordonné par le PAM, enseigne aux travailleurs d’urgence spécialisés dans l’informatique comment déployer emergency.lu et la solution d’intervention complète du MTU. [2] À ce jour, 46 travailleurs d’urgence issus de huit organisations humanitaires différentes ont achevé ce cours de formation et sont en attente d’être déployés.

Au-delà des cours de formation pratiques et théoriques, emergency.lu, le PAM et Ericsson Response continuent de collaborer sur le développement et l’expansion de la solution d’intervention du MTU. Ainsi, emergency.lu et le programme EPIC[3] (Emergency Preparedness Integration Centre / Centre d’intégration de la préparation aux urgences) du PAM devraient être intégrés en une seule plateforme de communication et de coordination destinée aux interventions humanitaires d’urgence.

En plus d’une forte disposition à tirer des enseignements des déploiements opérés à ce jour, la collaboration franche et ouverte entre les partenaires publics, privés et gouvernementaux s’est avérée cruciale pour le développement de ces outils, toutes les parties étant solidement engagées à apporter leurs expériences et leurs connaissances uniques.

 

Marianne Donven marianne.donven@mae.etat.lu dirige le service d’assistance humanitaire de la Direction de la coopération au développement du Ministère des Affaires étrangères du Grand-duché du Luxembourg www.emergency.lu. Mariko Hall mariko.hall@wfp.org travaille comme analyste des communications pour la branche informatique de la préparation et des interventions d’urgence du PAM  www.wfp.org  



[1] http://ictemergency.wfp.org/web/ictepr/emergency-telecommunications-cluster Pour en savoir plus sur les services du MTU, consultez l’article de Mariko Hall «Le changement est la seule constante», RMF 38 www.fmreview.org/technology/hall.html

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview