Le rôle de la société civile à Hong Kong

Les organisations locales peuvent apporter une assistance significative en termes de prestation de services, d’intégration et de plaidoyer.

À Hong Kong le traitement des demandes d’asile prend des années, et pendant cette période les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de travailler pour subvenir à leurs besoins et ils ne reçoivent qu’une assistance infime de la part de l’État. Comparé au reste du monde, Hong Kong a le taux le plus faible de reconnaissance du statut de réfugié : environ 0,7 %. Et même après avoir obtenu le statut de réfugié, les personnes concernées n’ont pas le droit de résider à Hong Kong et sont transférées dans un camp de réinstallation du HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, dans un pays tiers.

La majorité des demandeurs d’asile recevaient 1000 $HK (128 $US) par mois de l’État pour couvrir leur loyer, une somme versée directement sur le compte bancaire du propriétaire, et, tous les dix jours, ils pouvaient retirer de la nourriture pour une valeur de 300 $HK dans certains magasins sélectionnés. Toutefois, en raison du niveau élevé des loyers à Hong Kong, les demandeurs d’asile avaient des difficultés à trouver ne serait-ce qu’une chambre minuscule avec la somme qui leur était allouée, et nombreux finissaient par vivre dans la rue, ou dans des huttes de fortune dans les zones éloignées des Nouveaux Territoires.

En réponse à cela, the Vine Church (une église chrétienne indépendante) et d’autres grandes églises ont mis en place un réseau de soutien pour aider les demandeurs d’asile en leur donnant de quoi complémenter la subvention au loyer qu’ils obtiennent du gouvernement de manière à ce qu’ils aient au moins une somme suffisante pour louer une petite chambre en ville. En outre, certaines églises ont commencé à sensibiliser les communautés locales aux difficultés que rencontrent les réfugiés et les demandeurs d’asile, et aux avantages qu’ils sont susceptibles d’apporter.

Afin de lutter contre les stéréotypes négatifs présentés dans les médias, les églises ont organisé des visites de groupes de réfugiés et de demandeurs d’asile dans des écoles, des églises locales et des organisations communautaires afin qu’ils puissent non seulement expliquer les difficultés qu’ils rencontrent, mais aussi partager leurs compétences. Par exemple, des percussionnistes et danseurs africains ont partagés leurs talents avec différents groupes de jeunes dans Hong Kong, alors qu’un autre demandeur d’asile dôté de compétences agricoles a apporté son soutien à la production de récoltes pour la consommation locale. De telles initiatives aident à vaincre les stéréotypes et montrent, au contraire, que les réfugiés ont envie d’apporter une contribution à la communauté d’accueil.

Les réfugiés ont été leurs propres ambassadeurs et nos programmes de sensibilisation ont progressivement fait évoluer l’opinion des résidents locaux à l’égard des réfugiés. Certains résidents se sont unis aux campagnes publiques pour demander au gouvernement de créer un meilleur système de sécurité sociale à l’intention des réfugiés. Outre ces activités de sensibilisation auprès de la communauté locale, des églises et des ONG hongkongaises ont également écrit des lettres au gouvernement, ont participé à des manifestations dans les rues et ont apporté une assistance juridique aux réfugiés. Toutes ces campagnes provenant de différents secteurs de la société ont poussé le gouvernement à améliorer ses politiques à l’égard des réfugiés et des demandeurs d’asile.

Même si cela a été lent, des progrès ont finalement été accomplis. Le gouvernement a augmenté son aide mensuelle au loyer à 1500 $HK et une assistance alimentaire équivalant à 1200 $HK mensuels est fournie sous forme de carte qui peut être utilisée librement dans toute la ville.

La société civile hongkongaise continuera à jouer un rôle important à l’égard des réfugiés en les aidant à s’intégrer, à gagner leur vie, et à partager leurs talents et leurs compétences de manière à ce qu’ils puissent planifier leur avenir et vivre dans la dignité.

 

Roy Njuabe njuabe.roy@gmail.com
Responsable du programme, The Vine Community Services Limited www.vcsl.org

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview