Utilisation de téléphones portables pour la surveillance de la santé publique

Au Darfour, le Ministère de la santé, l’OMS et les partenaires ont développé un système de surveillance des maladies infectieuses basé sur les téléphones portables et conçu pour être utilisé là où les ressources et les installations sanitaires peuvent être limitées. Les méthodes traditionnelles de type encre et papier, pour rendre compte des maladies ne sont ni efficaces ni pratiques dans des situations d’urgence complexe dans les pays en développement. A la place, des modèles de rapports peuvent être fournis sur les téléphones portables, ce qui facilite la tâche des professionnels de santé qui n’ont plus qu’à entrer les données et envoyer les rapports. Ce type de système aidera à réduire les erreurs, à diminuer le temps utilisé à rédiger des rapports et facilitera le respect des délais de comptes rendus. 

Un système d’alerte précoce a été établi dans 103 centres de santé à travers le Sud-Darfour, avec plus de dix maladies faisant l’objet d’un compte-rendu hebdomadaire et quatre faisant l’objet d’un compte-rendu quotidien. Les centres de santé ont été équipés de téléphones portables ; après avoir été informés sur l’utilisation des sms  les professionnels de santé envoient un bref message au point de référence, et notamment un rapport ‘0 cas’.   

Bien évidemment il reste des difficultés. Malgré des améliorations récentes, toutes les zones ne disposent pas de réseau de téléphonie mobile, ce qui produit un tableau incomplet de la situation de santé. Cependant, le fait de combiner le service par téléphonie mobile avec un système de rapports encre et papier, là où il n’y a pas de réseau, a tout de même permis une bonne couverture. L’utilisation des téléphones satellites dans les zones sans réseau pourrait aider à renforcer le système encore davantage. Même dans les zones où la couverture du réseau est bonne, c’est l’électricité qui peut manquer pour recharger les piles ; à l’avenir, les interventions devraient envisager l’utilisation de portables équipés d’un panneau solaire en silicone incorporé dans la coque du téléphone.

Chaque fois que possible, il serait préférable d’utiliser des téléphones portables dotés d’un système d’information géographique (SIG). Le système de compte-rendu peut alors être programmé pour générer automatiquement des coordonnées géographiques pour chaque sms, ce qui pourrait aider à localiser la maladie de manière encore plus spécifique.

Kebede Deribe (kebededeka@yahoo.com) est Coordinateur médical au Sud-Darfour pour Merlin (www.merlin.org.uk).

Cet article est une contribution personnelle de l’auteur et ne reflète pas nécessairement l’opinion de Merlin sur le sujet.

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview