Planifier l’avenir du Nord-Kivu

Alors que le Nord-Kivu est encore submergé dans les difficultés d’hier et d’aujourd’hui, son administration planifie activement la création d’un avenir meilleur.

Pendant prés de dix ans, la Province du Nord-Kivu a connu des turbulences politiques et une insécurité qui ont eu comme conséquence des déplacés internes et des réfugiés dans les pays limitrophes, Rwanda et Ouganda.

Il existe néanmoins au niveau provincial une vision pour le développement et un plan pour y parvenir. Cette vision s’harmonise avec la perspective des Objectifs du Millénaire pour le développement et avec le Document de stratégies et de croissance pour la réduction de la pauvreté en RDC (DSCRP) et s’inscrit pleinement dans le contexte du Programme de stabilisation et de reconstruction des zones de l’Est de la RDC (STAREC)

Malgré les difficultés rencontrées, nous abordons cette phase avec un certain nombre de succès et de résultats sur lesquels nous appuyer. Il y a eu des réunions de concertation entre les partenaires humanitaires et le Gouvernement provincial, ce dernier a élaboré un plan global de rapatriement des réfugiés et des déplacés internes et s’est déplacé dans les sites de retour potentiel afin de sensibiliser les populations au retour ; le Gouvernement central quant à lui a effectué des opérations militaires conjointes avec la MONUC/MONUSCO pour assurer la sécurité dans les zones de retour.

Plusieurs sites où se trouvaient des déplacés se sont vidés suite à un renforcement de la sécurité dans leurs zones de retour – plus de 150.000 personnes qui entoureraient la ville de Goma sont rentrées dès septembre 2009 dans leurs villages d’origine et en octobre 2010 il ne restait que 75.715 personnes déplacées au Nord-Kivu, principalement autour de Masisi et Rutshuru. Nos partenaires humanitaires ont accompagné ces retournés en leur fournissant des vivres, une assistance non alimentaire et des semences pour qu’ils puissent reprendre la vie au village. 

Il reste cependant encore des obstacles. Certaines des zones de retour sont toujours la proie des ‘inciviques’ tels que le FDLR et les rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliées – Armée nationale de libération de l’Ouganda (ADF/NALU).Et des  ressources supplémentaires sont également nécessaires afin de remplir toute une série d’objectifs : assistance adéquate aux retournés ; missions de sensibilisation au rapatriement volontaire de refugiés ; identification et maitrise des effectifs des réfugiés se trouvant au Rwanda et en Ouganda.

Le Plan d’Actions Prioritaires pour la Province (PAP) tient compte de l’ensemble de ces réalités mais il a été élaboré en plusieurs phases, notamment une phase élargie de consultation locale, qui a permis d’aboutir à un plan détaillé et développé.

Ce plan reprend emprunt son cadre aux 5 ‘piliers’ du  DSCRP national, à savoir :

  • Bonne gouvernance, paix et sécurité;
  • Stabilité macroéconomique et croissance ;
  • Amélioration de l’accès aux services sociaux et réduction de la vulnérabilité ;
  • Lutte contre le VIH/SIDA ;
  • Appui à la dynamique communautaire.

Et les développe dans chacun des cas en fonction du contexte de la Province et en y assignant des responsabilités au sein du Gouvernement provincial. Par exemple, ‘Bonne gouvernance, paix et sécurité’ est formulé comme sécurisation et cohabitation pacifique, et ‘Lutte contre le VIH/SIDA’ est étendu de manière à recouvrir également la lutte contre la violence sexuelle.

De nombreuses tâches ont déjà été effectuées en vue de la mise en œuvre du PAP. Des termes de référence et un calendrier d’élaboration du plan ont été adoptés ; les différents acteurs clés ont été identifiés et sensibilisés ; le PNUD a accepté d’apporter les moyens financiers et techniques nécessaires ; et une ébauche de plan a été produite pour être soumise aux participants des ateliers territoriaux pour enrichissement. Cette ébauche comprend une matrice détaillée des programmes et projets, des résultats attendus, des indicateurs, des coûts estimés  et des allocations de responsabilité.

Un budget a été préparé – estimé à US$113.527.515 – et les ressources pour sa mise en œuvre proviendront de trois niveaux différents : impôts provinciaux, taxes et investissements ; subvention du trésor public national ; et  appel à la solidarité internationale dans le cadre d’un partenariat mondial pour un développement durable.

Finalement, un élément de contrôle participatif a également été prévu, avec des bilans semestriels et annuels impliquant toutes les parties prenantes, notamment l’administration locale et provinciale, la société civile, les bailleurs de fonds et les partenaires du développement.

Des opérations militaires conjointes FARDC/MONUSCO maitrisent de plus en plus la sécurité dans les zones autrefois occupées par les ‘inciviques’ et c’est ainsi que s’étendent les zones de retour. L’engagement du gouvernement en faveur du rapatriement des réfugiés s’est concrétisé par la signature de l’Accord tripartite entre la RDC, le HCR et le Rwanda d’une part, et la RDC, le HCR et l’Ouganda d’autre part.

Dans un proche avenir les déplacés internes et les réfugiés pourront regagner leurs milieux d’origine, et la réintégration sociale envisagée dans le PAP et le Plan de développement de la Province du Nord-Kivu  (2011-2015) pourra avoir lieu. Tel est notre plan et notre espoir.

 

Tuyihimbaze Rucogoza François est Ministre Provincial de l’administration, de la justice, des droits humains et de la réinsertion communautaire pour le Nord-Kivu.

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo email.png

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview