Des téléphones Android pour effectuer des enquêtes sur les moustiquaires

L’UNHCR a étudié la possibilité de recueillir des données en utilisant la technologie Smartphone dans de nombreux domaines d’opération qui l’intéressent comme l’évaluation de sites et le profilage des réfugiés. En 2010, un projet pilote a été mené pour comparer les avantages et désavantages – notamment la faisabilité, les coûts, les ressources en temps et en personnel – entre l’utilisation des téléphones portables et le recueil traditionnel de données sur papier,  dans le cadre d’une enquête sur la couverture des moustiquaires à Dadaab au Kenya.

Les applications (« App ») disponibles pour les portables Android1 permettent de recueillir toute une série de types de données : audio, GPS, image, vidéo et code barre. Charger et enregistrer les données a été effectué aisément, et les données recueillies ont été validées et enregistrées dans un format convertible qui pouvait être analysé par un logiciel de statistiques standard - epiinfo, STATA, SPSS. Le portable offrait aussi des fonctions additionnelles pour la validation des données qui ne sont pas disponibles dans le cas d’une enquête papier :   

  • Les enquêtes enregistraient l’heure de la saisie des données.
  • Les foyers visités étaient assortis de coordonnées GPS.
  • Des photos montraient qu’il y avait effectivement une moustiquaire sur les lieux.

Le temps nécessaire au recueil des données s’est trouvé sensiblement réduit en utilisant le téléphone, et la technologie propre au téléphone a éliminé des jours supplémentaires nécessaires à la saisie et au nettoyage des données ainsi qu’à l’envoi des séries de données (data cleaning and shipment of data sets).
 
Parce que l’enquête est effectuée plus rapidement et que la saisie des données est éliminée, la méthode basée sur le téléphone demande des ressources humaines moins importantes. Il vaudrait tout de même la peine de procéder à une comparaison directe au niveau d’un même foyer de la qualité des données obtenues sur papier et par le biais de la technologie de téléphonie portable. 

La comparaison du prix de revient – sans compter les coûts de préparation – ne s’est pas avérée  défavorable. Les coûts de départ pour les enquêtes étaient de 3 578 USD pour la méthode papier et de 1 363 USD plus 3 928 USD pour l’achat des téléphones à utiliser avec le logiciel Android. En supposant que tout le matériel nécessaire à une enquête papier devrait être acheté à nouveau pour une deuxième phase, mais pas les téléphones, on obtient une économie combinée d’ensemble sur deux phases d’enquête de 501 USD en faveur des téléphones Android  par rapport à la méthode papier. Pour chaque enquête subséquente, l’économie réalisée grâce à l’utilisation du Smartphone est susceptible d’augmenter, même s’il faut tenir compte de la durée de vie des téléphones qui est estimée aux environs de 18 mois d’utilisation sur le terrain avant de nécessité un remplacement. Il est important également de prévoir un budget pour les pièces et les réparations.

Nous avons constaté un soutien écrasant en faveur de l’utilisation des téléphones portables à Dadaab, tant de la part des personnes chargées de l’enquête que des employés de l’UNHCR parce que cette méthode a permis d’obtenir dans les temps des données nécessaires pour prendre des décisions. A côté des autres avantages, les personnes chargées de l’enquête ont trouvé les téléphones moins encombrants que le matériel des enquêtes papier, elles risquaient moins de perdre des données, et le format les a aidées à suivre l’ordre des questions.  
                      
Sarah Hoibak (sarah.hoibak@gmail.com) est consultante pour les programmes de contrôle du paludisme auprès de l’UNHCR. Marian Schilperoord (schliperm@unhcr.org) est Responsable supérieur en santé publique à la Section Santé Publique et VIH de l’UNHCR.

1 Une technologie de téléphonie mobile de type open source.

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview