g7+

Dix-huit pays reconnus comme États fragiles et tous classés au plus bas de l’indexation des États fragiles se sont réunis sous le nom de g7plus, avec pour slogan «Fini le conflit, place au développement».

«Nous, pays membres du g7+, pensons que les États fragiles sont caractérisés et classifiés du point de vue des pays développés plutôt que de celui des pays en développement.»

 

Dix-huit pays reconnus comme États fragiles et tous classés au plus bas de l’indexation des États fragiles se sont réunis sous le nom de g7plus, avec pour slogan «Fini le conflit, place au développement». Tous sont accablés par la pauvreté, l’instabilité et la menace d’un conflit violent mais aussi, pour la plupart d’entre eux, par des déplacements de grande échelle, récents ou actuels.

Peu d’entre eux devraient parvenir à réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement.[i]

Le g7+ est un «mécanisme international dirigé par les pays pour les pays, permettant de suivre, de rendre compte et d’attirer l’attention sur les défis uniques auxquels les États fragiles font face». Le groupe a approché collectivement la communauté internationale dans les coulisses du quatrième Forum de Haut Niveau sur l’efficacité de l’aide organisé par l’OCDE à Busan en 2011. Il continue depuis de se réunir avec la communauté internationale pour discuter des besoins et des circonstances de ses États membres. Une perspective commune les unit, selon laquelle ils devraient pouvoir prendre les rênes et exprimer une vision robuste et à long terme qui aidera leurs partenaires au développement, les bailleurs de fonds, à concevoir les programmes d’assistance destinés aux États fragiles. Le «New Deal pour l’engagement international dans les États fragiles» sert de cadre à cet engagement.[ii]

Une assistance efficace pour aider les États fragiles à se défaire de leur fragilité devrait multiplier les possibilités de réduire le déplacement interne, permettre aux réfugiés de rentrer chez eux et résoudre les questions liées aux droits, en créant un cercle vertueux qui devrait idéalement briser le cycle du déplacement en tant que cause et symptôme de la fragilité.



[i] Une analyse publiée en avril 2013 par la Banque mondiale indique toutefois que 20 États fragiles et touchés par les conflits réaliseront les objectifs d’au moins un OMD. Il s’agit des pays suivants: Angola, Bosnie-Herzégovine, Cisjordanie et Gaza, Comores, États fédérés de Micronésie, Guinée, Guinée-Bissau, Îles Marshall, Irak, Kiribati, Liberia, Libye, Myanmar, Népal, Soudan, Syrie, Timor-Leste, Togo et Tuvalu. http://tinyurl.com/FragileStates-MDGprogress

 

Avis de non responsabilité : Les avis contenus dans RMF ne reflètent pas forcément les vues de la rédaction ou du Centre d’Études sur les Réfugiés.
Droits d’auteur : RMF est une publication en libre accès (« Open Access »). Vous êtes libres de lire, télécharger, copier, distribuer et imprimer le texte complet des articles de RMF, de même que publier les liens vers ces articles, à condition que l’utilisation de ces articles ne serve aucune fin commerciale et que l’auteur ainsi que la revue RMF soient mentionnés. Tous les articles publiés dans les versions en ligne et imprimée de RMF, ainsi que la revue RMF en elle-même, font l’objet d’une licence Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification (CC BY-NC-ND) de Creative Commons. Voir www.fmreview.org/fr/droits-dauteurs pour plus de détails.

facebook logo Twitter logo RSS logo

Forced Migration Review
Refugee Studies Centre
Oxford Department of International Development
University of Oxford
3 Mansfield Road, Oxford OX1 3TB, UK
fmr@qeh.ox.ac.uk  +44 (0)1865 281700
skype: fmreview